Le volcan de Montserrat

Cela fait 10 ans maintenant que chaque fois qu'un reportage passe à la télé sur Montserrat, j'ai envie d'aller y faire un tour. Mais l'accès à Plymouth, l'ancienne capitale, reste interdit en raison de la croissance constante du dôme, qui s'effondre non moins régulièrement. Et pourtant, Bernard nous propose ce voyage d'une petite semaine, avec au programme la découverte de cette ville, rasée par l'éruption de 1996. Aucune hésitation, j'y vais !

Nous serons finalement neuf à accompagner Bernard, ce 21 Août 2007. Le voyage démarre de Genève, d'où nous rejoignons Antigua en passant par Londres. De là, un saut de puce en Twin Otter nous conduit au nouvel aéroport de Montserrat, qui ne peut accueillir d'avion plus important. Nous resterons cinq jours sur l'île, logeant dans la magnifique maison d'hôtes de David et Clover.

Ce voyage nous permettra de prendre conscience des dégâts causés par les volcans, impressionnants car les maisons détruites par les nuées ardentes, progressivement recouvertes par les torrents de boue qui continueront à entraîner les cendres et les rochers des années après l'arrêt de l'éruption, émergent encore du sol. Dans quelques dizaine d'années, ce seront des fonds de vallée... propres à la construction de villages et au développement de l'agriculture!

Aller à la page précédente Revenir en haut de la page Aller à la page suivante

Quelques mots sur le volcan

Le volcan de Montserrat était considéré comme éteint, tout au moins par la population, jusqu'en 1995. Par contre, les cyclones et en particulier Hugo, qui dévasta l'île en 1989, étaient dans tous les esprits. Dès 1992 puis en 1994, une série de séismes alertent les scientifiques ; certains d'entre eux avaient dès 1986 élaboré des scénarios catastrophiques en cas d'éruption de ce volcan à lave visqueuse, susceptible de générer des nuées ardentes comme en 1902 à la Martinique.

A partir de Juillet 1995, le contact entre le magma qui remonte vers la surface et les eaux d'infiltration crée des explosions phréatiques, parfois violentes comme celle qui paniqua les habitants de Plymouth le 21 Juillet 1995. Fin 1995, le magma atteint la surface et un dôme de lave visqueuse commence à se former. A partir d'Avril 1996, des nuées ardentes de plus en plus importantes dévalent des flancs du volcan, et atteignent la mer dès le mois suivant. En Septembre 1996, une première éruption explosive se produit.

Le 25 Juin 1997, des nuées ardentes frôlent l'aéroport et tuent 19 personnes. En Août, Plymouth, évacuée en Avril 1996, est atteinte à son tour par une nuée ardente. Le 21 Septembre, la nuée ardente la plus importante jusqu'à présent détruit le terminal de l'aéroport. Les explosions se multiplient pendant un mois entier, à raison de 2 par jour. Le 26 Décembre 1997, Saint Patrick est détruite par un blast (explosion du type de celle du Mont Saint Helen's, en 1980, causée par l'effondrement de la paroi Sud du cratère (Gallways Wall) sous la pression du dôme) et entraîna 60 millions de mètres cubes de roches.

L'éruption se poursuit ensuite jusqu'à aujourd'hui, avec une succession de croissance du dôme et d'effondrements qui entraînent des nuées ardentes. En Janvier 2007, l'activité explosive du volcan a été très importante ; en Mars 2007, de puissantes nuées ardentes ont dévalé la Tar River, avec un nuage de 3000m environ. En Juillet 2007, d'importants lahars dévalaient encore dans la Belham.

L'accès des 2/3 de l'île est toujours interdit, et il ne reste aujourd'hui sur l'île que 4000 habitants environ, pour une population de 12000 avant l'éruption.

Aller à la page précédente Revenir en haut de la page Aller à la page suivante
Pour afficher les photos de la page sous forme de diaporama, cliquez sur ce lien
(C) P. Leflon ; dernière mise à jour : 17/09/2007