Paracas et les îles Ballestas

Samedi 6 juin 2009

Départ de Paris pour Madrid à 6h50, par un Airbus A319 d'Iberia équipé en boîte à (petites) sardines. Après une courte escale, nous partons pour Lima où nous arrivons à 17h30 locales (0h30 à Paris). Abel nous rejoint et nous conduit à l'hôtel, où nous attend le Pisco Saur d'accueil... et une bonne nuit.

Aller à la page précédente

Dimanche 7 juin 2009

Nous nous levons avec un temps gris, bouché par les nuages et pas très chaud. Nous prenons rapidement la route Panaméricaine. Cette route asphaltée est très fréquentée par les camions ; les péages y sont nombreux, ainsi que les ralentisseurs. La conduite est ... aléatoire ; il faut dire qu'il n'y a pas de code de la route au Pérou, et que le permis de conduire est facultatif. C'est surtout en ville qu'il vaut mieux se faire conduire que conduire !

Nous faisons halte à Pachacamac ; dès -1000, ce site était un important centre religieux, qui s'est encore développé sous les huari en 200, puis par les incas. Il se trouve dans une zone désertique, à l'exception des vallées des fleuves qui descendent des Andes. Nous poursuivons ensuite jusque Paracas, petit port qui se trouve en bordure d'une réserve naturelle, que nous allons visiter après le déjeuner.

Site archéologique de Pachacamac ; rue inca Réserve naturelle de Paracas Réserve naturelle de Paracas
Site de Pachacamac : rue Réserve de Paracas Réserve de Paracas

De retour à Paracas, nous avons l'occasion d'admirer des pélicans, qui se jettent sur les miettes lancées par un habitant, et des vautours à la crête rouge.

  Plage de Paracas ; pélicans... apprivoisés Plage de Paracas Paracas ; vautours  
  Pélicans Plage de Paracas Vautours  
Aller à la page précédente

Lundi 8 juin 2009

Dès le matin, nous prenons le bateau pour visiter les îles Ballestas ; nous trouvons qu'il y a bien du monde, et en particulier un groupe de jeunes israéliens très dissipés. Mais il paraît que le nombre de touristes est pour des raisons inconnues (crise ? grippe porcine ?) très faible pour la saison, ce que déplorent les péruviens. Depuis le bateau, nous admirons un magnifique "candélabre", dont personne ne connaît aujourd'hui le sens ni l'origine. Nous atteignons les îles, lieu de production du guano qui fit en son temps la richesse du Pérou. Sur ces îles vivent des colonies de lions de mer et de manchots de Humbolt, ainsi que de nombreux cormorans et fous.

Sur le bateau vers les îles Ballestas ; le candélabre Iles Ballestas ; oiseaux Iles Ballestas ; pingouins
Candélabre Anciennes installations de collecte de guano Manchots de Humbolt
Iles Ballestas ; pélicans Iles Ballestas ; fous Iles Ballestas ; fous et cormoran
Pélicans Fous Cormoran et fous
Iles Ballestas ; phoques Iles Ballestas ; phoque et cormoran Iles Ballestas ; phoques
Lions de mer Cormoran et lion de mer Lions de mer

Nous reprenons la route en direction d'Ica, où nous visitons le musée qui présente les cultures préincas de la région (Paracas, Nazca, ...) et inca. Nous déjeunons ensuite dans la surprenante oasis de la Huacachina, et poursuivons jusque Nazca, où nous admirons depuis un mirador une partie des célèbres et mystérieuses lignes tracées dans le désert.

Oasis de la Huacachina (Ica) Lignes de Nazca  
Oasis de la Huacachina Lignes de Nazca  

Après avoir laissé nos affaires à l'hôtel à Nazca, nous partons immédiatement pour une visite du cimetière de Chauchilla. Des momies disséminées dans le désert environnant ont été disposées dans des tombes de la civilisation nazca (an 1000) ; ces tombes, généralement pillées, ont été restaurées et offertes à la vue des (rares) touristes.

Cimetière de Chauchilla Cimetière de Chauchilla Cimetière de Chauchilla
Cimetière de Chauchilla Tombe et momies Tombe et momie
Aller à la page précédente
Pour afficher les photos de la page sous forme de diaporama, cliquez sur ce lien
(C) P. Leflon ; dernière mise à jour : 27/06/2009