Dimanche 19 janvier 1997

Nous quittons Djerba, où nous avons atterri dans la matinée, en direction de Gabes. Nos 4*4 prennent le bac pour quitter cette île. La route goudronnée traverse des oliveraies et des palmeraies ; nous apercevons les chotts, immenses dépressions remplies d'eau saumâtre. Après avoir déjeuné dans un restaurant ouvert malgré la période de ramadan, nous poursuivons jusque Douz où nous passons la nuit dans un hôtel constitué de bungalows où sont dispersés les 13 membres de notre groupe, y compris Jean, le guide de la Compagnie du Sud. Notre première visite est rapide, rien n'étant ouvert dans cette ville. Par contre, lorsque nous y repassons après le dîner, l'animation est très forte et nous pouvons faire les achats de dernière minute, en particulier les chèches.

  Palmeraie de Douz La ville de Douz, calme en cette période de ramadan  
  Palmeraie de Douz Ville de Douz,  
Aller à la page précédente Revenir en haut de la page Aller à la page suivante

Lundi 20 janvier 1997

La balade commence par une journée farniente : tour en ville pour acheter les cartes postales, visite de la poste où on ne peut acheter de timbres... Le ciel est bleu et ensoleillé, et la température est agréable. Le paysage sableux est plat ; nous rejoignons en 4*4 les quatre chameliers qui conduisent neuf chameaux. Une petite balade vers une colline proche permet la mise en jambe ; nous devons néanmoins être rentrés avant 17h50, coucher du soleil. Michèle réussit à se perdre dans le noir et à rejoindre un autre groupe... Malgré la température agréable, certains montent la tente.

Premier contact avec les dunes et leur végétation La plage à perte de vue, mais sans la mer...  
Que la dune est verte ! Grande plage...  
Aller à la page précédente Revenir en haut de la page Aller à la page suivante

Mardi 21 janvier 1997

Les plateaux au fond servent de repère pour la marche Sans légende ... Nous ne quitterons pas ces paysages pendant toute la balade
Erg Le désert Encore le désert

Nous démarrons à 8h30 en direction d'un plateau que nous apercevons dans le lointain ; la journée de marche se déroule en totalité dans le sable et les dunes.

Végétation pas luxuriante Mais qui donc mène la caravane ? De 11h à 15h, le port du chèche est obligatoire
De l'herbe ! Autogestion Il est midi...

Cette marche est assez fatigante quand le sable est mou. La chaleur est supportable ; la protection contre le soleil totale entre 11h et 15h, selon les consignes.

Le vent crée une pellicule de sable à la surface des dunes ; les appareils photos s'en souviennent encore. Point de vue depuis un plateau ; on aperçoit un autre plateau siamois La végétation se remarque à distance
Vent de sable Plateaux Un arbre !

Arrivés sur le plateau vers 16h, nous découvrons qu'il nous reste encore une heure de marche à travers les dunes pour rejoindre une cuvette où nous bivouaquons.

  La caravane passe ; les chameaux (dromadaires) portent nos bagages Pas la prière, mais l'épluchage des oignons De l'eau... et des amateurs !  
  Caravane L'heure de la prière Un chameau... ça boit !  

Les chameliers nous préparent tous les repas, y compris les salades du midi.

Les campements sont réduits à la plus simple expression ; nous couchons à la belle étoile Préparation du pain, première étape Ensuite, le pain est recouvert par la braise et cuit vingt minutes, avant d'être nettoyé
Tente mess Préparation du pain Cuisson du pain
Aller à la page précédente Revenir en haut de la page Aller à la page suivante
Pour afficher les photos de la page sous forme de diaporama, cliquez sur ce lien
(C) P. Leflon ; dernière mise à jour : 10/06/2001